Anthony et Morgan

La maîtrise du français, un projet de couple


« Quoique nous aimions bien la France, en tant que Canadiens anglophones, c’est surtout le Québec qui nous lie à la francophonie et à la langue française. En fait, nous dirions même que la maîtrise du français est notre projet de couple, et ce, depuis quelques années déjà.


Pour nous, l’Alliance Française est une organisation qui offre non seulement des cours de français, mais aussi l’accès à une communauté de francophones et de francophiles qui partagent des intérêts linguistiques et culturels.  Nous avons suivi des cours à l’Alliance Française d’Utrecht et assisté à quelques-uns de ses événements. Nous fréquentons aussi le café français. Cela nous a permis de maintenir un lien avec la francophonie pendant notre séjour aux Pays-Bas.  


Nous sommes venus aux Pays-Bas pour le travail d’Anthony, à l’Université Utrecht. L’atmosphère d’Utrecht est incroyable. Peu importe le jour de la semaine, le centre-ville semble plein à craquer. Quand il fait beau, nous aimons surtout nous promener au bord du Oudegracht ou nous installer sur une terrasse pour prendre un verre. »



Benjamin

Apprendre dans de nouveaux domaines


« Néerlandais, je suis né à Genève et y ai vécu les premières treize années de ma vie, dont quatre du côté français de la frontière. Quinze ans plus tard, j’ai vécu pendant cinq ans à Paris puis à Versailles où je travaillais en tant que chercheur en physico-chimie.


Pour moi, l’Alliance Française, c’est surtout le cours de conversation auquel je participe le mardi soir. Il me permet d’entendre et de parler régulièrement le français. J’apprends plein de nouvelles choses sur la France (vie moderne, histoire, traditions,…). J’apprends de nouveaux mots et mes connaissances de la grammaire se perdent moins vite que si je ne suivais pas de cours. J’ai des discussions très intéressantes avec les autres participants au cours, des gens très aimables qui savent beaucoup dans des domaines dont je ne sais pas grand-chose.


J’ai fait mes études à Utrecht, et depuis l’an 2000 j’y ai un poste fixe d’enseignant-chercheur à l’université. Utrecht est une ville décontractée avec du caractère et où on se déplace facilement à vélo. »


Catherine

L'Alliance Française ouvre des vues!


« Je ne suis pas française, mais j’ai été à l’école en Suisse romande, d’un milieu très proche de la culture française. Une branche de ma famille aussi est parisienne. La culture et la nature sont ce qui me lie à la France. Pour moi, l’Alliance Française est l’endroit où rencontrer des personnes francophones et où prendre des cours de français. A l’Alliance Française Utrecht, je fais aussi partie du comité culturel. L’Alliance stimule l’intérêt et ouvre des vues.


C’est le mariage qui m’a conduite à Utrecht. C’est une ville accueillante, encore provinciale avec une vie culturelle. J’y ai été bien accueillie par ma famille et mes amis. »




Charline

Utrecht, c’est devenu chez moi!


« La France est le pays où je suis née, où j’ai grandi et où je retourne régulièrement avec plaisir pour retrouver ma famille et mes amis. La France et la langue française sont également intrinsèquement liées à mon métier. J’enseigne, la langue, la culture et la littérature françaises depuis plus de 10 ans. Dans ma vie privée, je parle français et je partage la culture française au quotidien avec mes enfants.


L’Alliance Française est pour moi avant tout un lieu de rencontres pour apprendre la langue française et découvrir la culture francophone. C’est aussi une association ouverte et généreuse. J’y ai donné mes premiers cours de français pendant que mon partenaire suivait des cours dans la salle d’à côté !


J’aime l’ambiance qui règne à Utrecht, indéfinissable. Un mélange d’insouciance de vie étudiante, de cafés, restaurants et terrasses animés, d’évènements culturels à portée de main pour petits et grands, de détente dans les parcs. J’aime le charme de la ville, ses rues, ses petites maisons, ses canaux, sa verdure. J’aime aussi la vie de quartier qui fait que l’on se sent comme dans un petit village, mais avec une plus grande diversité culturelle. Utrecht, c’est la ville qui m’a vue tomber amoureuse, obtenir mon premier emploi, acheter ma première maison, me développer professionnellement, devenir maman. C’est la ville que je quitte régulièrement, mais que je retrouve toujours avec plaisir parce que c’est devenu chez moi. »





Dean, Léa et Emma

Vers une meilleure qualité de vie


« Je suis née en France, ma maman est française et mon père est sud-africain. Mes racines sont en France et je transmets la langue et la culture françaises à mes filles. Pour moi, l’Alliance Française est un lieu pour apprendre, découvrir et se divertir. C’est là que mon mari suit des cours maintenant.


Nous habitions à Johannesburg (Afrique du Sud) et recherchions une meilleure qualité de vie. Mon mari a trouvé un emploi au WWF (à Zeist) et nous avons fait nos valises pour (re)venir en Europe. Utrecht est une ville charmante, d’une taille idéale pour nous, ni trop grande ni trop petite, animée et calme à la fois, et très « kid-friendly ».


Léa est active au sein de la Fondation En Famille à Utrecht.


Eline

Gezellig !


« Je suis néerlandaise, mais j’ai habité à Paris en 2017/2018. Ce sont de très beaux souvenirs. L’Alliance Française est pour moi le lieu pour retrouver des francophones. Une de mes amies est aussi professeur à l’Alliance Française Utrecht, ce qui m’apporte la possibilité de retrouver d’autres francophones et de pratiquer mon français. J’habite Utrecht depuis 6 ans, j’y suis venue pour mes études. J’aime l’ambiance de cette ville et son aspect chaleureux.

En un mot ? Gezellig ! »





Emmanuelle

La langue comme outil de travail


« Je suis née en France, j'ai fait des études littéraires et la langue française a toujours été mon outil de travail – en tant que journaliste, professeure de français, puis traductrice. L’Alliance Française est une communauté d'esprit où se partage la passion de la langue et de la culture françaises. Au sein de l’Alliance Française Utrecht, j'ai donné des cours de français pendant trois ans et fait de formidables rencontres, aussi bien avec les autres professeurs qu'avec les étudiants, et eu le sentiment d'avoir été utile.


Utrecht est, pour mon compagnon et moi, une ville à échelle humaine, agréable à vivre, qui a su préserver son patrimoine sans pour autant se transformer en musée. »





Le 14 novembre 2019, l’Alliance Française Utrecht a célébré ses 125 ans avec une rencontre autour du thème « Dis, c’est comment chez les Bataves ? ». Les conférences, tables rondes et débats ont porté sur les différences culturelles et les similitudes entre Français et Néerlandais, ce qui nous sépare et ce qui nous rassemble. A l’honneur également, une exposition de portraits réalisés par la photographe Océane Dorange.


Présentée dans différents lieux de la ville, cette exposition a mis en évidence la diversité des francophones d’Utrecht et de leur lien avec la francophonie, la ville et notre association. Dans cette galerie, vous retrouverez l’ensemble de ces portraits sensibles ainsi qu’un petit bout de l’histoire de chacun de ceux qui se sont dévoilés pour l’Alliance Française Utrecht.




Om het 125-jarig bestaan te vieren, werd op 14 november 2019 een symposium gehouden met als thema “Dis, c’est comment chez les Bataves?”, ofwel: “Zeg, hoe gaat het in Nederland?”. In korte lezingen, ronde-tafel-gesprekken en debatten wordt ingegaan op de culturele verschillen en overeenkomsten tussen Fransen en Nederlanders.


Daarnaast werd op meerdere locaties in de stad een serie fotoportretten tentoongesteld van de hand van Océane Dorange die de verscheidenheid uitdrukt van de inwoners van Utrecht en van hun relatie met de Franse taal. In deze  galerie vindt u al deze portretten afgebeeld met bij elk portret een korte toelichting op de band met het Frans en/of de Alliance Française Utrecht van de gefotografeerde persoon.     



Manuel

De Madrid à Utrecht, toujours l’Alliance Française


« Malheureusement, je n'ai jamais voyagé en France mais j'ai quelques amis français. J'ai commencé à apprendre le français à l'école, mais je dois admettre que, à ce moment-là, je n'ai pas aimé ça. J’ai repris le français l'année dernière à Madrid et c'est grâce à l'Alliance Française que j'ai découvert que je pouvais aimer la langue française et me passionner pour son apprentissage. Alors je suis reconnaissant envers l'Alliance et sa façon de travailler.


Je suis arrivé en septembre à Utrecht avec le programme Erasmus. Comme je connaissais déjà l'Alliance qui est présente partout dans le monde, j'ai décidé de continuer à apprendre le français à l'Alliance Française Utrecht. Elle m'a aidé à apprendre plus que ce que j'avais espéré. Elle m’a aussi apporté un espace de divertissement où j'ai pu sortir de la seule vie d'étudiant Erasmus et connaître des gens différents.


J’ai choisi Utrecht car je voulais sortir de l'ambiance stressante d'une ville comme Madrid, où j'étudie normalement, mais vivre dans une ville avec une offre suffisante pour ne pas être ennuyante. J'ai toujours aimé les Pays-Bas, et la tranquillité de ses paysages alors Utrecht était l'opportunité idéale. »



Manuel est espagnol. Il a passé un an à Utrecht dans le cadre du programme Erasmus.



Sharon

Entre l'Île Maurice et Utrecht, le lien de la francophonie

 

« Je suis d’origine mauricienne (ancienne colonie française) et j’ai étudié le français à l’école dès mon plus jeune âge. Même si l’anglais est la langue officielle, après le créole, le français est la langue la plus utilisée entre les Mauriciens. Les Mauriciens sont beaucoup influencés par la culture française. Pendant mon adolescence, j’ai suivi les cours de l’Alliance Française à l'Île Maurice. Grâce à elle, j’ai découvert la littérature française.


Issue d’un pays francophone, je trouvais qu’il me fallait me reconnecter avec la culture française en vivant aux Pays-Bas. C’est ainsi que je suis devenue volontaire et membre du comité culturel de l’Alliance Française Utrecht. Cela m’a permis de découvrir la culture française dans le contexte des Pays-Bas, de communiquer avec des artistes et troupes de théâtre, de collaborer avec d’autres francophones du comité qui promeuvent la culture et la langue françaises aux Pays-Bas.


J’ai quitté mon île pour suivre mon conjoint néerlandais. Utrecht est une ville où vous pouvez passer des jours à vous promener à la découverte de nouvelles choses. Le centre, dense, crée une atmosphère chaleureuse, invitante et vivante qui rend la ville si attachante. Utrecht est un mélange surprenant de grand et d’intime, historique et moderne. Avec ses grands espaces verts, ses parcs et ses aires de jeux, elle est idéale pour l’épanouissement des enfants. »


Sharon vit à Utrecht Terwijde depuis trois ans et demi avec son conjoint néerlandais et leur fils d’un an et demi.



Suzanne, Marnix et Stella

Membres du Cercle, association des études de langue et de culture françaises à Utrecht


« We vinden de Franse taal een hele mooie taal, de Franse cultuur erg rijk met veel mooie literatuur. We hebben deze interesse ontwikkeld door de vele zomers die we in Frankrijk door hebben gebracht, en het is aangewakkerd door onze lessen op de middelbare school. Nu we met een groep mensen studeren die allemaal geïnteresseerd zijn in de Franse Taal en Cultuur kunnen we samen reizen, naar musea en naar het theater en hebben daar heel veel plezier in.


De Alliance Française is een leuke organisatie die er voor zorgt dat hen die zich interesseren in de Franse Taal en Cultuur hun interesse kunnen ontplooien; niet alleen door de taal te leren maar ook door verschillende culturele activiteiten aan te bieden, die voor de studenten Frans en leden van de studievereniging Cercle vaak ook zeer interessant zijn.


Als studievereniging Cercle hebben wij contact met organisaties die ook een band hebben met Frankrijk of la Francophonie. Wij zijn erg blij met de activiteiten die we met de Alliance hebben kunnen organiseren. Ook zijn wij blij dat de Alliance actief contact onderhoudt met ons als studievereniging.


Wij studeren alle drie aan de Universiteit Utrecht. In heel Nederland staat Frans in Utrecht het hoogst aangeschreven. Wij vinden Utrecht klein maar fijn; veel groen, ruimte, mooie architectuur. Ook is Utrecht een leuke studentenstad, er is altijd wel wat te doen. »



Suzanne, Marnix et Stella sont étudiants à l’Université d’Utrecht. Ils constituent aussi le bureau du Cercle, l’association des études de langue et de culture françaises à l’Université.


Xavier

De la Flandre aux Pays-Bas, en passant par la France


« Je me sens très proche de la culture française et de la langue française bien sûr. Ça remonte à des expériences de mon enfance. Mon père et ma mère, issus d’une famille d’agriculteurs flamands immigrés dans le nord de la France, étaient imprégnés de culture française. Mon père parlait français avec ses parents mais est allé à l’école en Flandres et nous a toujours parlé flamand. Enfant, je suis souvent allé en France, avec les cousins je ne comprenais rien, c’était frustrant, mais j’étais baigné dans un style de vie, le plaisir de manger, le plaisir de boire, le plaisir d’être ensemble, les plaisirs de la table. Pour moi, ça fait vraiment partie de ma culture.


Après est venu un amour de la langue. Enfant, j’étais déjà passionné par l’art français, l’architecture française, la renaissance, le baroque.  A la fac, j’ai choisi de m’investir dans une culture vivante, connectée avec les couches profondes de ma petite enfance. Quand je regarde ce que je fais maintenant, je suis tellement heureux d’avoir cette connexion avec cette culture. Surtout au niveau musical, c’est la base de toute la culture française.


Devenir hollandais, j’y pense de temps en temps, quand il y a des élections par exemple. Mais il y a peut-être aussi toujours un vieux rêve d’aller m’installer en France. Peut-être que pour moi la Hollande, c’est un stade intermédiaire. Il y a quelque part quelque chose de français en moi. »


Xavier est flamand. Parfaitement bilingue, il vit depuis une dizaine d’années à Utrecht avec son épouse néerlandaise et leurs deux enfants. Il est directeur du Festival de Musique ancienne d’Utrecht.



Jan Rudolf et Bettina

La France ? Amour et désamour.

 

« Nous avons vécu et travaillé en France trois ans et sommes de retour depuis 6 ans. C’est une expérience profonde. Nous voulions changer de vie, nous avions envie de faire des glaces et, en France, nous avions espéré trouver un marché encore en croissance. A l’Alliance Française, j’ai pris des cours de français avec des professeurs francophones et j’ai trouvé que l’on apprenait mieux de cette manière.


En France, nous avons vécu à Rouen en Normandie. Là, nous avons découvert que les Français mangent beaucoup moins de glaces que les Néerlandais. Les Français sont plus traditionnels dans leur consommation, il y a moins la culture du snacking. Après trois ans, nous avons trouvé un couple pour reprendre l’affaire.


A côté de cela, nous avons trouvé des amis, découvert une grande beauté de paysages. Les dimanches, nous allions soit sur la côte soit à Paris. Une ville comme Paris, on ne connaît pas ça ici. Pour moi, ça c’est un vrai amour. Nous avons rencontré des Français chaleureux, accueillants, des amis à qui nous rendons encore visite. Je me sens à la maison en France.


En rentrant, on s’est installés à Utrecht que nous connaissions bien. Après quelques mois, j’ai trouvé un local et j’ai eu de la chance. Tout ce que nous avions essayé en France et qui n’avait pas marché a fonctionné ici. Ça montre à quel point c’est une différence de culture ! Après trois ans en France, c’était un choc culturel !

Cette expérience a renforcé notre position dans la vie et notre relation. »


Jan Rudolf et Bettina ont étudié et habitent à Utrecht. Jan Rudolf est le propriétaire et gérant de Vorst, glacier installé à Utrecht Oost.




Julia

A Utrecht, j’aime tout !


« Je suis française et vis à Utrecht depuis plus de 9 ans. Je suis l’administratrice du groupe Facebook Utrecht Francophone qui donne l’opportunité aux Français et à tous les francophones de la région de se rencontrer, proposer des bons plans… La France est mon pays d’origine et la source de mes valeurs morales humanistes.


Pour moi, l’Alliance Française est une institution qui promeut la culture française et la langue française. J’espère dans le futur me joindre à plus d’évènements organisés par l’Alliance Française Utrecht ou même en co-organiser avec elle. C’est un lien avec la culture française.


Avant d’arriver aux Pays-Bas, je souhaitais avoir une expérience professionnelle à l’étranger. Partie à l’origine pour 2 ans, j’ai décidé de rester et pour le moment, je ne compte pas repartir en France. A Utrecht, j’aime tout ! Son ambiance, sa taille, son dynamisme, son architecture, son histoire. C’est une ville accueillante ! »


Julia est chercheuse à l’UMC d’Utrecht. Elle a créé le groupe Facebook Utrecht francophone.


Mathilde

La chance d’enseigner ma langue


« Je suis née en France, à Bordeaux et j’aime y retourner pour voir ma famille et mes amis ! Je travaille aussi comme professeure de français à l’Alliance et dans un collège, ma langue est donc aussi mon outil de travail. La France est le lieu de mes racines.


Mon copain a pris quelques cours à l’Alliance Française Utrecht et plus tard, j’ai eu l’opportunité d’y devenir professeure. À l’Alliance Française j’ai la chance d’enseigner ma langue à des étudiants motivés pour parler français. Je suis contente de pouvoir y travailler, mais aussi de pouvoir participer à des événements culturels francophones ! Parler français est pour moi un besoin et je suis contente de pouvoir le faire ici. 


Je suis venue à Utrecht par amour ! J’ai rencontré mon copain en France et quelques années après nous avons choisi de déménager à Utrecht, près de sa famille. Je m’y sens bien et suis très contente d’y vivre et d’y travailler. J’aime beaucoup les canaux et le centre historique de la ville. J’aime aussi le fait que ce soit une ville qui bouge, il y a beaucoup de choses à faire ici ! »



Mathilde est française, enseigne le français au sein de l’Alliance Française Utrecht ainsi que dans un établissement scolaire de la région.



Mélissa

Partager et transmettre


« Je suis née et j’ai grandi en France, dans la métropole lilloise (#chti). Il y a bien plus que le lieu où je suis née et où j’ai grandi qui définisse mon rapport à la France. La France et la langue française me tiennent particulièrement à cœur parce que je les associe avant tout à la notion de diversité. Tout comme le pays en lui-même est riche de diversité, la langue l’est aussi. Diverse car elle a emprunté beaucoup de mots à d’autres langues (le latin, le gaulois, l’arabe, etc.), mais diverse aussi car elle permet d’exprimer des nuances qui n’existent pas forcément dans d’autres langues. C’est presque impossible de ne pas trouver le mot juste :)

 

Pour moi, l’Alliance Française d’Utrecht, c’est avant tout le partage. Évidemment, c’est partager la passion de la langue, celle de la culture (française et francophone) et c’est aussi transmettre cette passion. Je suis enseignante à l’AFU et cela m’apporte de l’énergie. Elle en demande beaucoup, c’est vrai, mais elle en rend tellement plus. Travailler dans un cadre aussi inspirant et bienveillant, ça ne peut qu’être source d’énergie !

 

Ce que j’aime le plus à Utrecht, c’est le fait que j’y retrouve cette diversité qui me parle tant et dont j’ai besoin. C’est une ville étudiante et internationale. C’est une ville qui bouge beaucoup aussi. Puis j’aime l’eau, les canaux. Utrecht est « petite », ce qui lui donne un certain charme et la rend extrêmement chaleureuse… on s’y sent tellement bien. C’est ce que j’aime le plus à Utrecht. »


Mélissa enseigne à l’Alliance Française Utrecht depuis 2015.

 



Yannick Bertrand

Un Néerlandais comme les autres mais …

 

« Mon père est français. Il est venu aux Pays-Bas par amour donc je suis moitié français et moitié néerlandais. J'ai aussi beaucoup de famille en France. Je suis un Français caché dans un Hollandais. A l’extérieur, je ressemble à un Néerlandais comme les autres, mais je me sens aussi tout à fait français.


Je n'ai pas été élevé bilingue par mes parents. J'ai commencé cette année un cours avec l'Alliance Française car je voulais améliorer mon français. L’Alliance Française est l’endroit où je me sens plus français que les autres jours de la semaine, l’endroit où je peux exprimer mon amour pour la culture et la langue françaises. Grâce à cela, je peux mieux communiquer avec ma famille.


Utrecht est une ville vivante et conviviale où vivent beaucoup d’étudiants. Il y a partout des cafés et restaurants où l’on peut boire un verre et bien manger.  C’est une grande ville mais sans la densité d’Amsterdam. Les différences d'âge, de nationalité et de type de population à Utrecht font de la ville une ville agréable et pleine d’ambiance. »

Yannick  Bertrand est néerlandais, né d’un père français et d’une mère néerlandaise. Il a toujours habité dans les environs d’Utrecht et y est aujourd’hui étudiant.


Alexandra

L’amour, toujours l’amour …


“Je suis née et j’ai grandi en France. J’ai travaillé au Japon, au Maroc et enfin aux Pays-Bas, mais la France reste mon pays natal. J’y suis très attachée et je me sens encore française. Le français, c’est la langue où je me sens vraiment moi-même. Je peux plaisanter, me disputer, argumenter, parler politique, vin, économie sans hésitation. L’Alliance Française, c’est l’incarnation du rayonnement de la langue française, de la culture française et au-delà, j'espère aussi francophone.


Je me suis installée à Utrecht en 2010 par amour, je me suis d’ailleurs mariée en 2013 et nous sommes devenus parents en 2015. J’aime l’énergie débordante de la ville qui se voit dans les multiples projets qu’elle mène : rénovation des routes, aménagement du centre… En 10 ans, je peux à peine reconnaître la gare ni me souvenir comment c’était avant ! C’est aussi une ville cosmopolite où on se sent bien et où il fait bon vivre. Pour la définir, je vais reprendre cette citation à propos de New York et dire qu’Utrecht est la ville où l'on se sent chez soi quand on est de nulle part. Bien que mes racines en France soient solides, je trouve que cela correspond bien à Utrecht.”


Alexandra organise aussi à Utrecht des activités pour les familles francophones à Utrecht au sein de la Fondation En Famille Utrecht.


Flora

Culture franco-néerlandophone de Bruxelles à Utrecht


« Je suis née et j’ai grandi à Bruxelles. Ma famille est néerlandophone, mais le français est la langue la plus parlée à Bruxelles. Même si je ne le parlais pas à la maison, le français était omniprésent dans la ville. J’ai commencé les cours de français à l’école à huit ans et j’allais souvent en vacances en France avec mes parents.


Après avoir déménagé aux Pays-Bas, la langue française me manquait et j’ai commencé à prendre des cours à l’Alliance Française, d’abord à Nimègue puis à Utrecht. J’aime beaucoup les cours organisés par l’Alliance. Le niveau est très haut. Pour moi, c’est surtout une opportunité de maintenir mon niveau de français, et j’ai appris beaucoup sur la politique et la culture françaises.


J’ai déménagé aux Pays-Bas en 2009 pour un Master puis un doctorat en neurosciences cognitives à Nimègue. Après mon doctorat, j’ai trouvé du travail à l’université d’Utrecht en 2016. Ça fait presque 10 ans que j’habite aux Pays-Bas, dont presque deux ans à Utrecht. C’est une ville très belle avec beaucoup d’histoire, une ville qui est facile à aimer. Je travaille dans le centre-ville tout près de la Domplein et pendant l’été, on entend les concerts de carillon chaque vendredi. Pour moi, c’est le son de la ville. »







Helma

Souvenirs, souvenirs…


« La France est pour moi un pays plein de bons souvenirs de vacances pendant ma jeunesse. J’aime surtout la nature variée, mais aussi l’histoire riche, la culture, et la cuisine française. J’ai une maison secondaire en France.


L’Alliance Française me permet de faire connaissance avec la langue, mais aussi avec les usages français. J’aime aussi faire connaissance avec la littérature et la musique françaises.


Depuis plusieurs années, je suis le cours hebdomadaire de conversation. On discute en français de beaucoup de sujets basés sur la revue Bien-Dire ou sur les actualités, on fait des exercices de grammaire et on discute sur des livres lus par tous les participants. Pour moi, l’Alliance Française Utrecht, c’est de la connaissance et beaucoup de plaisir.


Je suis venue à Utrecht pour mes études, mais j’aime aussi son atmosphère de ville historique et de taille moyenne. J’y aime particulièrement la zone des canaux avec les parcs. C’est une ville agréable avec de la distinction. »





WelkomCursussenInschrijvenCultuurNieuwsContact

Fondation Alliance Française
Alliance Française des Pays Bas
Agenda AFPB

 AFPB

Php-call

Franse

taal en cultuur

WelkomNieuwsGalerie